Archives de Tag: Care

ETHIQUE DU CARE, RESONANCE & MANAGEMENT, QUELS ECHOS AU TEMPS DU CORONA ?

rosa 2

Depuis 2017 j’ai engagé une réflexion consistant à explorer ce qu’une forme d’éthique singulière, l’éthique du « care », nous « dit » des formes de management. Cette exploration se nourrit des écrits qui, depuis quarante ans, ont élaboré les théories du care, qu’ils soient issus de la psychologie, des sciences politiques ou encore de la philosophie. Ce blog en constitue l’un des moyens d’expression, en sus de mes ouvrages et des articles que je publie régulièrement sur The Conversation ou Forbes France.

Il m’est apparu récemment que l’éthique du care pouvait opportunément être rapprochée d’autres travaux, et notamment des publications de deux théoriciens allemands contemporains : Axel HONNETH (pour sa théorie de la reconnaissance ) et Hartmut ROSA (théoricien d’une sociologie de la relation au monde appelée résonance).
C’est à ce dernier que je m’intéresse ici, en essayant de retracer les connexions qui existent entre sa théorie et l’éthique du care. Elles se fondent sur les mots clés que ces deux approches de notre relation au monde me semblent avoir en partage : vulnérabilité, prendre soin, interdépendance, réciprocité, écoute (et réponse), pouvoir d’agir (autonomie), relation et reconnaissance.
Derrière ces mots se révèlent de formidables échos avec les grandes questions managériales et la pandémie que nous traversons : tout au long des paragraphes, je ferai donc le lien entre ces apports théoriques et notre quotidien de manager – et de « personne ».

NB : Cette contribution s’inscrit comme un complément du chapitre qui sera publié dans le cadre d’un e-book collectif aux Presses Universitaires de Grenoble. 

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Manager, un métier qui ne fait plus rêver : après le ré enchantement du client, l’ère du ré enchantement du management ?

L’étude réalisée par IPSOS pour le BCG entre le 14 juin et le 15 juillet 2019 semble sans appel en ce qui concerne l’état de désarroi dans lequel se trouvent les managers : « Plus débordés (78% vs 71% en moyenne), plus stressés (74% vs 69%), plus démotivés (59% vs 52%), les managers français sont encore plus affectés par leur travail que leurs homologues européens. Et ils sont 60% à attendre une clarification de leur rôle et de leur mission, ainsi qu’un meilleur accompagnement de la part de la direction (67%) – peut-on ainsi lire dans cette étude.
Conséquence somme toute assez logique, dans les pays occidentaux seul un employé sur dix aspire à devenir manager, et ceux qui le sont déjà sont à peine plus d’un tiers à affirmer vouloir le rester dans les années qui viennent ! Enfin, les managers sont 85% à penser que leur fonction est plus compliquée aujourd’hui que cela était le cas il y a quelques années.

Est-ce étonnant ? Non hélas… Voici l’analyse que j’en propose, en essayant d’esquisser quelques pistes de travail concrètes.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Responsabilité, engagement et relation client : la perspective ouverte par l’éthique du care – ou quand la « relation engendre une responsabilité » et… réciproquement

sans-titre

Joan TRONTO est une politologue américaine, professeur à la New York University. Depuis 30 ans, elle compte parmi les auteurs qui ont œuvré à l’émergence d’une « éthique du care » sur laquelle je fonde une approche renouvelée du management. Dans un ouvrage paru en France en 2013 (Contre l’indifférence des privilégiés. A quoi sert le care ? C. Gilligan, A.R. Hochschild et J. Tronto, Payot), elle développe une thèse passionnante pour qui s’interroge sur l’incapacité de nos grandes organisations à bien traiter leurs publics de façon durable, homogène et qualitative – qu’il s’agisse de clients, patients, locataires, etc. Comment créer de « l’engagement » au sein des équipes ? Comment exceller dans la relation client ? Comment créer une expérience client mémorable ? Autant de questions – et d’ambitions – qui reposent sur un Grand Malentendu…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Créer de la valeur, c’est créer de la valorisation : de la reconnaissance comme source de création de valeur

IMG_1319

J’ai eu le plaisir très récemment de participer au jury du programme « Rayspiration » conçu et animé par mon complice Marc Prunier à Grenoble Ecole de Management. Ce programme constituait un dispositif d’accompagnement des équipes autour de la culture et de l’ingénierie du service, dans le contexte industriel et technologique de cette entité du groupe ARaymond, leader mondial de la fixation par clippage ou collage et le prototypage de systèmes d’assemblage pour l’industrie. La réflexion qui suit m’est venue en animant et participant aux soutenances des projets développés par les équipes.

C’est aussi une manière de « teasing », qui fait écho à la publication de l’ouvrage que je cosigne avec Marc Grassin et Christophe Benavent et qui est publié aux éditions Vuibert (février 2019) : « Replacer vraiment l’humain au cœur de l’entreprise : le management par le care ». Car il est question ici de l’éthique du care et de la problématique centrale de la reconnaissance.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Equilibres vie Pro / vie Perso : quelques réflexions autour d’une étude

Par Benoît MEYRONIN, directeur général de CARE EXPERIENCE (DOMPLUS Groupe) et professeur à Grenoble Ecole de Management

IMG_1405

Notre groupe a accompagné depuis sa création 170.000 situations concrètes, à distance, révélant un déséquilibre profond entre vie professionnelle et vie personnelle. C’est en étudiant les cas de 56.000 personnes que nous sommes aujourd’hui en mesure de publier une étude robuste sur ce sujet clé pour les directions des ressources humaines, de l’engagement ou encore de l’expérience collaborateur. Vous trouverez une infographie synthétique et l’étude complète à l’adresse : http://www.prioritealapersonne.fr/travail/etude-vie-privee-vie-professionnelle/

Cette publication souligne plusieurs enjeux qui ont des implications managériales fortes : j’en développerai quatre ici, guidé par un regard sociologique afin de m’inscrire dans le sillage de la réflexion pilotée par Arnaud Vallin, docteur en sociologie et directeur usages sociaux & marketing social de notre groupe.

Les émotions ou la question de la porosité entre la sphère personnelle et la sphère professionnelle

En premier lieu, l’étude souligne fortement la dimension émotionnelle, cette porosité qui existe entre les deux sphères lorsqu’il s’agit des émotions ressenties ici (dans le domaine privé) ou là (sur le plan professionnel). La question de la perduration est d’autant plus centrale aujourd’hui que la plupart des métiers que nous exerçons sont des métiers dits de service et que cette forte tertiarisation n’est pas sans conséquence sur la nature du travail (en clair, ses enjeux émotionnels), que l’on soit téléconseiller, consultant, professeur, infirmière, chargé(e) d’accueil dans une banque ou agents des forces de l’ordre.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Le point de vue d'un expert, Non classé